Facebook lance les coupures publicitaires sur le Live streaming

Facebook lance les coupures publicitaires sur le Live streaming

Facebook lance les coupures publicitaires sur le Live streaming

C’est une petite révolution dans le milieu de la publicité digitale. Facebook va dorénavant permettre aux éditeurs de contenus de monétiser leurs Live grâce à des coupures publicitaires.

Une petite révolution car Facebook a longtemps cherché, en vain, un moyen de monétiser les vidéos partagées par les créateurs de contenus. Et la firme de Palo Alto semble avoir enfin trouvé le filon. Cette nouvelle mise à jour, disponible pour le moment aux États-Unis, va permettre aux marques de publier des publicités directement sur les flux d’actualités des utilisateurs afin de les alerter d’une diffusion en direct. Les annonceurs pourront ainsi acheter un espace publicitaire sur Facebook pour que leur publicité soit orientée vers un public cible. Les créateurs auront donc la possibilité de monétiser le Live streaming Facebook en proposant des coupures publicitaires dans la limite fixée par le réseau social.

De quoi s’agit-il ?

Cette mise à jour, disponible en France dans les prochaines semaines, va permettre aux annonceurs d’insérer des publicités « mid-roll » sur l’ensemble des vidéos d’au moins 120 secondes partagées sur le réseau. Pour être éligible à cette nouvelle forme de rémunération, il faudra respecter un certain nombre de critères :

  • Avoir déjà publié un Live ou une vidéo rassemblant 300 utilisateurs simultanés au minimum ;
  • Les pages ou les profils éligibles devront être suivis par au moins 2 000 personnes ;
  • Les Live devront engranger un minimum de 300 spectateurs simultanés.

Ces critères satisfaits, les créateurs de contenus pourront bénéficier de la monétisation en appuyant simplement sur l’icône « $ » implantée dans la fenêtre du Live.

Comment ça marche côté annonceur ?

En matière d’Adbreak, le spectateur peut accéder à la pause publicitaire après 4 minutes de visionnement. Il est possible de recevoir des coupures publicitaires supplémentaires espacées de 5 minutes. Ces coupures sont presque similaires à la stratégie proposée par Youtube : chaque pause publicitaire dure jusqu’à 20 secondes.

Les coupures publicitaires dans le Live présentent un avantage substantiel : faciliter la conversation directe entre la marque et ses clients. Les annonceurs peuvent ainsi mesurer le degré d’engagement en temps réel de leurs spectateurs.

En plus des feedbacks qu’ils pourront recevoir dans l’immédiat, ils pourront croiser ces informations avec les outils d’analyse de Facebook pour peaufiner davantage leurs produits et services.

Et côté éditeur ?

À l’instar de Youtube, Facebook proposera 55% des revenus publicitaires générées aux créateurs de vidéos. La différence, autour de 45%, devra bénéficier à la firme américaine.

ET les premiers retours semblent être prometteurs. Neuf mois seulement après que Facebook ait proposé le Live aux créateurs de contenus aux États-Unis, 51% des principales sociétés éditrices de vidéos sur le réseau social ont affiché leur volonté de recourir aux coupures publicitaires (source Socialbakers).

Mais des questions persistent sur la façon de tirer le meilleur parti de la fonctionnalité comme le fait remarqué le Wall Street Journal, un des éditeurs de contenu qui a bénéficié le premier du déploiement des coupures publicitaires. Il faut savoir que le Wall Street Journal publie une vidéo Live par semaine et ne prévoit pas d’aller plus loin. Il considère cette fonction comme un moyen d’atteindre de nouveaux publics et d’approfondir sa relation avec le grand public. Mais les limites de monétisation sont «des sujets auxquels nous pensons constamment », a déclaré Carla Zanoni, rédactrice en chef des médias émergents.  Le désengagement des clients à cause des pertes d’attention est un risque à prendre au sérieux surtout pour les créateurs qui publient rarement les Live Facebook. Et d’ajouter : « c’est pourquoi nous sommes prudents lorsque nous expérimentons ce format. »

Un peu de prudence donc de la part de certains éditeurs, mais beaucoup semblent suivre cette tendance. En revanche, une chose est certaine, les coupures publicitaires ne tarderont pas à devenir la nouvelle tendance publicitaire de 2017.

No Comments

Post A Comment