Facebook teste l’intégration des publicités dans Messenger

Facebook teste l’intégration des publicités dans Messenger

Facebook teste l’intégration des publicités dans Messenger

Le 25 janvier dernier, Facebook annonçait les premiers tests d’intégration de publicités dans l’interface utilisateur de l’application mobile Messenger. Le célèbre réseau social de Palo Alto affirmait que les premiers essais prendront place en Australie et Thaïlande dans quelques semaines. Ce que la société qualifie elle-même de « très petits tests » permettra aux entreprises de placer une annonce publicitaire sur l’écran d’accueil de l’application Messenger. Ces encarts incluront à la fois des vignettes d’image accompagnées d’un texte et/ou d’un lien. Ils apparaitront en dessous de vos plus récentes conversations Facebook.

Ces encarts en question permettront de susciter l’attention des utilisateurs afin qu’ils agissent de différentes manières : le fait de cliquer pour en savoir plus sur l’entreprise ou le fait s’inscrire à un service seront proposés parmi d’autres possibilités. Cela ressemble à la façon dont les pages Facebook d’entreprises peuvent déjà amener ses utilisateurs à effectuer une action spécifique, tel que le shopping vers leur site ou démarrer une conversation instantanée, par exemple.

D’après les premiers témoignages, les annonces occuperaient beaucoup trop d’espace sur l’écran d’accueil de la messagerie. Théoriquement, elles devraient être situées entre vos contacts favoris et la section Actif de Messenger, celle qui indique vos amis actuellement en ligne.  Au premier abord, cela semble rendre la messagerie moins convivial. Vous allez devoir parcourir ces volumineuses annonces et il sera alors difficile de les ignorer si vous souhaitez simplement utiliser les autres fonctionnalités clés de Messenger.

Facebook promet cependant que ces annonces n’apparaitront jamais dans vos conversations, à moins que l’utilisateur choisisse de cliquer sur l’annonce et lancer une conversation avec la marque.

D’après Eddie Zhang, product manager chez Facebook, connu pour avoir développé les appels vidéo mobile sur Messenger et actuellement en charge du développement de la monétisation de Messenger :

« Les entreprises nous disent depuis longtemps qu’elles sont très intéressées par le potentiel de la plate-forme Messenger afin d’atteindre leurs clients et les aider à générer des ventes, à renforcer la notoriété de leur marque et à accroître la satisfaction de leur clientèle. »

On peut alors comprendre que les entreprises voient cela d’un bon œil, mais cela semble moins évident chez les usagers de l’application.

A l’heure actuelle, Facebook fournit déjà d’autres moyens aux entreprises permettant de toucher leurs prospects via Messenger, mais y compris, via les publicités du fil d’actualité, qui amènent les utilisateurs vers une session de discussion et des messages sponsorisés.

Messenger rassemble aujourd’hui plus d’un milliard d’utilisateurs actifs mensuels. Pour les entreprises, il est évidemment important d’atteindre ce large éventail de prospects potentiels grâce aux publicités, comme celles proposées dans la messagerie Facebook. La société de Mark Zuckerberg note également que ces utilisateurs envoient plus d’un milliard de messages aux marques (mensuellement), une statistique qu’il utilise pour affirmer que oui, les gens souhaitent recevoir des annonces comme celle-ci dans Messenger.

Mais, la vérité n’est-elle pas sensiblement différente?

Les gens aiment communiquer facilement avec les entreprises via Messenger, c’est certain, tout simplement parce que c’est un moyen plus efficace de poser des questions ou d’obtenir le service à la clientèle, plutôt que de les appeler ou leur envoyer un email. Mais, cela ne signifie pas qu’ils veulent voir des publicités encombrer l’interface utilisateur de l’une de leurs principales applications de messagerie.

Bien sûr, Facebook commence seulement les premiers tests. Donc, si l’interaction entre ces annonces et les utilisateurs de Messenger est faible, Facebook devra probablement repenser la façon d’intégrer ces encarts à sa messagerie. Néanmoins, la société indique que les utilisateurs peuvent cacher et signaler des annonces spécifiques à l’aide du menu déroulant dans leur messagerie.

Il est vrai que des rumeurs se propageaient depuis un moment concernant la monétisation de Messenger via des annonces publicitaires. Les fuites précédentes suspectaient des stratégies permettant aux entreprises d’être mises en relation avec des utilisateurs via des conversations qu’ils auraient eux-mêmes lancées. Ces chats comprenaient des publicités et annonces de l’entreprise contactée. Cela s’était finalement transformé en messages sponsorisés. Au final, ces nouvelles annonces ressemblaient beaucoup aux bannières de publicité que l’on pouvaient retrouver dans nos fils d’actualités.

Facebook dit que les annonces seront déployées à un groupe de test de personnes en Thaïlande et en Australie dans les prochaines semaines.

Notre avis
D’un point de vue publicitaire, il semble évident que l’intégration de ces encarts soit une excellente nouvelle pour les marques et entreprises qui souhaitent toucher davantage leurs cibles et leurs clients, surtout que l’on sait aujourd’hui que les gens utilisent beaucoup plus Messenger que Facebook, d’une façon générale. Il semblait donc nécessaire pour Facebook de suivre ce glissement d’usage et de proposer de nouveau outil de ciblage là où les gens sont véritablement présents et attentifs.

Néanmoins, du point de vue de l’expérience utilisateur, l’intégration de ces publicités pourraient nuire considérablement au confort de navigation dans Messenger jusqu’à nous faire confondre nos conversations avec les publicités. Il sera donc primordial pour Facebook de trouver le bon équilibre entre ergonomie et usage sans compromettre l’aspect disons privé de Messenger. Car, en effet, l’intrusion de publicités pourrait également froisser notre paradigme de l’intime que l’on peut retrouver sur l’application Messenger.

No Comments

Post A Comment